Minepassion, notre mine d'infos passion


Index des Articles :   A -b- C - D - eF - G - H -iJ - KL - M -n- O -pQ -r- S -Tu-v-w-x-y-z  

Agate

L’agate est une variété de calcédoine qui se caractérise par des dépôts successifs de couleurs ou de tons différents, c'est une pierre fine. Du grec akhatês, elle doit son nom à une rivière de Sicile dans laquelle on la trouvait en abondance. Il existe plusieurs variétés portant sur l'aspect des colorations rouges, vertes, jaunes, bleues ou noires. L'agate anhydrique est une variété très particulière. L’eau de cristallisation est piégée à l’intérieur de la géode, avec parfois une phase gazeuse.

 

Agate
à partir de 4,00 €
Agate bleue
à partir de 2,00 €
Agate mousse
à partir de 4,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Aigue-marine

L'aigue-marine (du latin aqua marina, « eau de mer ») est un minéral du groupe des silicates, sous-groupe des cyclosilicates. C'est une variété de béryl, transparente, de couleur bleu clair évoquant l'eau de mer, d'apparence proche de la topaze. C'est une pierre fine. L'aigue-marine est transparente, d'éclat vitreux et de couleur incolore à bleu verdâtre clair. Du fait de son polychroïsme, elle peut apparaître d'un bleu très pâle à bleu-vert (coloration par les fers ferreux et ferrique), selon la direction d'observation. Elle ne présente pas de fluorescence lorsqu'elle est soumise à du rayonnement ultraviolet. Son trait est blanc. Elle se trouve sous forme de cristaux prismatiques hexagonaux allongés. Sa fracture est irrégulière et conchoïdale. L'aigue-marine est soluble dans l'acide fluorhydrique. L'aigue-marine se rencontre souvent dans les pegmatites granitiques. Des gemmes de 100 kg ont été trouvées au Brésil. De beaux cristaux sont également présents à Dasu, au Pakistan.

 

La couleur marine de ce minéral fait qu'il a été utilisé comme talisman pour les marins. Symbole de fidélité entre jeunes mariés, c'est un cadeau censé leur garantir un mariage heureux, ce béryl symbolise 23 ans de mariage. Elle représente l'aide et la paix dans la communication et dans la canalisation à rendre des énergies invisibles. Cette pierre procure l'équilibre, modère les passions, dénoue les difficultés d'élocution. Elle apporte créativité, joie et espérance à son possesseur.

Aigue-marine
à partir de 2,00 €

Lire la suite 1 commentaires

Amazonite

L'amazonite est une variété de microcline, minéral de la famille des feldspaths dont la formule KAlSi3O8 est identique à celle de l'orthose. Le microcline est le polymorphe de basse température, qui appartient au système cristallin triclinique. L'amazonite a une texture perthitique. Son nom vient du fleuve Amazone.

C'est une pierre ornementale de couleur verte, vert bleuté, bleu-vert translucide à opaque. Elle est sensible aux pressions. Pendant de nombreuses années, l'origine de la couleur de l'amazonite était mal définie. L'hypothèse que sa couleur soit due au cuivre, a longtemps été retenue car les composés de cuivre ont souvent des couleurs bleues et vertes, mais cette couleur est aussi susceptible d'être donnée par de petites quantités de plomb et d'eau particulièrement pour les feldspaths. C'est aujourd'hui l'hypothèse retenue.

 

Pierre douce, calmante, apaisante. Elle ouvre et guérit les chakras du coeur et de la gorge, libérant ainsi la communication affectueuse. Elle apaise les traumatismes émotionnels. Equilibre l'humeur, permet l'harmonie entre la raison et l'intuition. Elle équilibre les énergies féminine et masculine. Elle favorise la manifestation de l'amour universel.

Amazonite
à partir de 3,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Améthyste

L’améthyste est une variété de quartz violet (dioxyde de silicium), de diaphane à translucide, dont la teinte est due aux traces de fer. Ce minéral est utilisé en joaillerie et classé comme pierre fine. Le mot vient du grec ancien améthustos, adjectif verbal composé du verbe methúô (« être ivre »), et du préfixe privatif a-. La pierre aurait été ainsi nommée parce qu'elle a la couleur du vin coupé d'eau, dont le titre alcoolique est moindre. La couleur de l'améthyste ne reste stable que jusqu'à 250 °C ; au-delà, la plupart des améthystes se décolorent.

 

Pierre de connexion au divin, tempérance et pacification ; pour régler certains problèmes qui ont trait à l'énergie du père. Elle contribuera à un sommeil calme et profond, sans cauchemar. Elle favorise l'élévation spirituelle, la concentration, la méditation, l'intuition, la créativité et la visualisation. L'améthyste aide à se détacher des futilités matérielles.

Améthyste
à partir de 1,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Apatite

L'apatite est un nom générique désignant des phosphates hexagonaux de composition assez variable, Ca5(PO4)3(OH,Cl,F). Trois espèces sont reconnues par l'IMA, nommées selon l'anion prévalent : Chlorapatite, Fluorapatite et Hydroxyapatite.

Deux variantes monocliniques précédemment reconnues comme espèces (dont la clinohydroxyapatite) sont maintenant reconnues comme des polytypes. Tous comportent des tétraèdres PO4 isolés, avec des ions Ca2+ en coordination. Les carbonate-apatites remplacent un tétraèdre PO4 par un groupe CO3OH ouCO3F. Ayant des aspects et des couleurs variés l'apatite fut longtemps confondue avec des minéraux très divers, sa composition chimique ne fut déterminée que vers la fin de XVIIIe siècle. C'est pour cette raison que le minéralogiste allemand Abraham Gottlob Werner lui a donné en 1786 ce nom qui est inspiré du grec apatan (« tromper »). Elle sert de chef de file à un groupe de minéraux isostructuraux dans lesquels le calcium est remplacé par du strontium, cérium, manganèse, yttrium, plomb et le phosphore est remplacé par l'arsenic, le vanadium, le soufre, le silicium... (pyromorphite, vanadinite, mimétite, fluorellestadite...). Ce sont de minéraux de structure hexagonale ou pseudo hexagonale-monoclinique, contenant des arséniates, des phosphates et de vanadates. Ce groupe se scinde en deux sous-groupes : celui de l’apatite et celui de la pyromorphite. Les apatites sont des minéraux secondaires, communs dans les roches magmatiques, mais leur concentration n'est pas suffisante pour une exploitation industrielle. Les apatites sont souvent associées avec les gîtes de fer, ce qui représente un problème sérieux pour l'industrie sidérurgique : le phosphore contenu dans les minerais de fer passe en fait complètement dans la phase métallique : son élimination dans la phase d'affinage de l'acier est coûteuse. La forte teneur en phosphore a été la raison de l'abandon de la « minette lorraine ». Les apatites hydrothermales sont plus rares. Les apatites pegmatitiques ou métamorphiques sont des minéraux d’importance économique forte pour leur contenu en éléments rares plus que pour leur teneur en phosphore.

Apatite bleue
à partir de 5,00 €

Lire la suite 1 commentaires

Agate

L’agate est une variété de calcédoine qui se caractérise par des dépôts successifs de couleurs ou de tons différents, c'est une pierre fine. Du grec akhatês, elle doit son nom à une rivière de Sicile dans laquelle on la trouvait en abondance. Il existe plusieurs variétés portant sur l'aspect des colorations rouges, vertes, jaunes, bleues ou noires. L'agate anhydrique est une variété très particulière. L’eau de cristallisation est piégée à l’intérieur de la géode, avec parfois une phase gazeuse.

 

Agate
à partir de 4,00 €
Agate bleue
à partir de 2,00 €
Agate mousse
à partir de 4,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Aigue-marine

L'aigue-marine (du latin aqua marina, « eau de mer ») est un minéral du groupe des silicates, sous-groupe des cyclosilicates. C'est une variété de béryl, transparente, de couleur bleu clair évoquant l'eau de mer, d'apparence proche de la topaze. C'est une pierre fine. L'aigue-marine est transparente, d'éclat vitreux et de couleur incolore à bleu verdâtre clair. Du fait de son polychroïsme, elle peut apparaître d'un bleu très pâle à bleu-vert (coloration par les fers ferreux et ferrique), selon la direction d'observation. Elle ne présente pas de fluorescence lorsqu'elle est soumise à du rayonnement ultraviolet. Son trait est blanc. Elle se trouve sous forme de cristaux prismatiques hexagonaux allongés. Sa fracture est irrégulière et conchoïdale. L'aigue-marine est soluble dans l'acide fluorhydrique. L'aigue-marine se rencontre souvent dans les pegmatites granitiques. Des gemmes de 100 kg ont été trouvées au Brésil. De beaux cristaux sont également présents à Dasu, au Pakistan.

 

La couleur marine de ce minéral fait qu'il a été utilisé comme talisman pour les marins. Symbole de fidélité entre jeunes mariés, c'est un cadeau censé leur garantir un mariage heureux, ce béryl symbolise 23 ans de mariage. Elle représente l'aide et la paix dans la communication et dans la canalisation à rendre des énergies invisibles. Cette pierre procure l'équilibre, modère les passions, dénoue les difficultés d'élocution. Elle apporte créativité, joie et espérance à son possesseur.

Aigue-marine
à partir de 2,00 €

Lire la suite 1 commentaires

Amazonite

L'amazonite est une variété de microcline, minéral de la famille des feldspaths dont la formule KAlSi3O8 est identique à celle de l'orthose. Le microcline est le polymorphe de basse température, qui appartient au système cristallin triclinique. L'amazonite a une texture perthitique. Son nom vient du fleuve Amazone.

C'est une pierre ornementale de couleur verte, vert bleuté, bleu-vert translucide à opaque. Elle est sensible aux pressions. Pendant de nombreuses années, l'origine de la couleur de l'amazonite était mal définie. L'hypothèse que sa couleur soit due au cuivre, a longtemps été retenue car les composés de cuivre ont souvent des couleurs bleues et vertes, mais cette couleur est aussi susceptible d'être donnée par de petites quantités de plomb et d'eau particulièrement pour les feldspaths. C'est aujourd'hui l'hypothèse retenue.

 

Pierre douce, calmante, apaisante. Elle ouvre et guérit les chakras du coeur et de la gorge, libérant ainsi la communication affectueuse. Elle apaise les traumatismes émotionnels. Equilibre l'humeur, permet l'harmonie entre la raison et l'intuition. Elle équilibre les énergies féminine et masculine. Elle favorise la manifestation de l'amour universel.

Amazonite
à partir de 3,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Améthyste

L’améthyste est une variété de quartz violet (dioxyde de silicium), de diaphane à translucide, dont la teinte est due aux traces de fer. Ce minéral est utilisé en joaillerie et classé comme pierre fine. Le mot vient du grec ancien améthustos, adjectif verbal composé du verbe methúô (« être ivre »), et du préfixe privatif a-. La pierre aurait été ainsi nommée parce qu'elle a la couleur du vin coupé d'eau, dont le titre alcoolique est moindre. La couleur de l'améthyste ne reste stable que jusqu'à 250 °C ; au-delà, la plupart des améthystes se décolorent.

 

Pierre de connexion au divin, tempérance et pacification ; pour régler certains problèmes qui ont trait à l'énergie du père. Elle contribuera à un sommeil calme et profond, sans cauchemar. Elle favorise l'élévation spirituelle, la concentration, la méditation, l'intuition, la créativité et la visualisation. L'améthyste aide à se détacher des futilités matérielles.

Améthyste
à partir de 1,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Apatite

L'apatite est un nom générique désignant des phosphates hexagonaux de composition assez variable, Ca5(PO4)3(OH,Cl,F). Trois espèces sont reconnues par l'IMA, nommées selon l'anion prévalent : Chlorapatite, Fluorapatite et Hydroxyapatite.

Deux variantes monocliniques précédemment reconnues comme espèces (dont la clinohydroxyapatite) sont maintenant reconnues comme des polytypes. Tous comportent des tétraèdres PO4 isolés, avec des ions Ca2+ en coordination. Les carbonate-apatites remplacent un tétraèdre PO4 par un groupe CO3OH ouCO3F. Ayant des aspects et des couleurs variés l'apatite fut longtemps confondue avec des minéraux très divers, sa composition chimique ne fut déterminée que vers la fin de XVIIIe siècle. C'est pour cette raison que le minéralogiste allemand Abraham Gottlob Werner lui a donné en 1786 ce nom qui est inspiré du grec apatan (« tromper »). Elle sert de chef de file à un groupe de minéraux isostructuraux dans lesquels le calcium est remplacé par du strontium, cérium, manganèse, yttrium, plomb et le phosphore est remplacé par l'arsenic, le vanadium, le soufre, le silicium... (pyromorphite, vanadinite, mimétite, fluorellestadite...). Ce sont de minéraux de structure hexagonale ou pseudo hexagonale-monoclinique, contenant des arséniates, des phosphates et de vanadates. Ce groupe se scinde en deux sous-groupes : celui de l’apatite et celui de la pyromorphite. Les apatites sont des minéraux secondaires, communs dans les roches magmatiques, mais leur concentration n'est pas suffisante pour une exploitation industrielle. Les apatites sont souvent associées avec les gîtes de fer, ce qui représente un problème sérieux pour l'industrie sidérurgique : le phosphore contenu dans les minerais de fer passe en fait complètement dans la phase métallique : son élimination dans la phase d'affinage de l'acier est coûteuse. La forte teneur en phosphore a été la raison de l'abandon de la « minette lorraine ». Les apatites hydrothermales sont plus rares. Les apatites pegmatitiques ou métamorphiques sont des minéraux d’importance économique forte pour leur contenu en éléments rares plus que pour leur teneur en phosphore.

Apatite bleue
à partir de 5,00 €

Lire la suite 1 commentaires

Aventurine

Une aventurine est une variété de quartz contenant des inclusions de fuchsite (variété de muscovite), pour sa variété verte, ou d'hématite ou de mica pour la rouge-brun. Ne pas confondre avec le jade, l'émeraude ou l'agate qui possède des bandes de couleur.

 

Aventurine
à partir de 1,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Azurite

L’azurite est une espèce minérale composée de carbonate de cuivre. L'azurite est connue depuis le XXVIIe siècle av. J.-C.  : il existe des traces d'azurite en poudre dans les pots d'onguent égyptiens de la IVe dynastie égyptienne. Les Grecs la désignait sous le terme de kuanos (qui a donné le mot cyan) et les Romains sous celui de caeruleum (Pline l'Ancien dans le livre XXXV de son Histoire naturelle l'appelle armenium). Le bleu égyptien, plus abondant, le concurrença rapidement. C'est la description de François Sulpice Beudant en 1824 qui fait référence ; il lui a donné le nom d'azurite, du persan Lazhward = bleu, en allusion à sa couleur. L'azurite se présente le plus souvent sous forme de cristaux prismatiques ou tabulaires dont la couleur peut varier du bleu azur au bleu de Prusse. Elle peut aussi se présenter sous forme d'agrégats globuleux ou d'encroûtements radiés. Les cristaux transparents à translucides ont un éclat vitreux. L'azurite se forme par altération (zone d’oxydation) des gîtes à sulfures de cuivre associés à des roches carbonatées. On peut la trouver en imprégnation des grès, par l'intermédiaire d'eaux d'infiltration carbonatées entrées en contact avec des eaux riches en sulfates de cuivre. C'est un carbonate basique de cuivre, produit à partir d'autres minéraux du cuivre, par l'action corrosive de l'air et de l'eau, semblable à la patine ou vert-de-gris qui se forme sur le cuivre ordinaire. Certains minéraux sont souvent associés à l'azurite, notamment la malachite, mais aussi d'autres tels que la limonite, la calcite (ou la dolomite), l'antlérite, la cuprite, la cérusite, la smithsonite, la chalcosite, le chrysocolle, la ténorite, ou plus rarement la brochantite, l'atacamite et/ou le cuivre natif. L'azurite peut être utilisée, ainsi que la malachite, comme pigment. Les analyses chimiques des peintures du Moyen Âge montrent que l’azurite a été communément utilisée par les peintres médiévaux. Cependant, l'instabilité de ce pigment fait que la couleur, avec le temps, a tendance à virer au vert (malachite). Malgré sa faible dureté l'azurite a fait l’objet de taille pour des pierres à sertir (montage difficile car il doit être fait « à froid » la chaleur détruisant la couleur de la pierre). L'azurite est un minéral très recherché pour sa couleur et son éclat.

 

Volonté de connaître, favorise la conscience des choses et la connaissance de soi. Met en lumière les pensées cachées. Purifie l'esprit. Harmonise le matériel et le spirituel. Nous permet de porter un regard neuf sur notre vie. Accroît les facultés extra-sensorielles, l'intuition, la télépathie. Elle régule tout l'organisme dans sa structure, et agit sur la mémoire cellulaire.

Azurite
à partir de 5,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Calcédoine

La calcédoine est une roche composée de cristallites de quartz, dont la taille est comprise entre 50 et 100 nm3, agencées en fibres. Il s'agit d'une phase de la silice. Si elle peut être uniquement composée de quartz, elle contient le plus souvent une proportion de moganite, une autre phase de la silice. Ce n'est donc pas une espèce minérale reconnue par l'IMA puisqu'il ne s'agit pas d'un minéral mais d'un agencement spécifique de cristallites du minéral quartz. Le mot dérive de la ville de Chalcédoine, en Asie Mineure, du grec khalkédôn. Les hommes du Néolithique ont utilisé la calcédoine pour confectionner des outils, notamment aux environs de Quimperlé.

Calcédoine blue lace
à partir de 5,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Calcite

La calcite est un minéral chimique ou biochimique (biominéralisation) composé de carbonate naturel de calcium de formule CaCO3, avec des traces de Mn, Fe, Zn, Co, Ba, Sr, Pb, Mg, Cu, Al, Ni, V, Cr, Mo. L'abondance des cations autres que le calcium explique la richesse des variétés décrites pour ce minéral. Polymorphe de l’aragonite et de la vatérite, isostructurale avec la nitratine, et l'otavite, la calcite forme une série avec la rhodochrosite. Elle est souvent présente dans les roches carbonatées, dans une moindre mesure dans les roches métamorphiques et les météorites. Connue depuis l’antiquité, la calcite est abondamment décrite et analysée dès le XVIIe siècle, notamment de par les propriétés optiques curieuses du spath d’Islande : la biréfringence de ce cristal, découverte en 1669 par Rasmus Bartholin, sera étudiée par Christiaan Huygens (1678), Étienne Louis Malus (1810) et William Nicol (1828). Johann Carl Freiesleben (1774 - 1846) donne en 1836 à la calcite son nom de « chaux », originaire du grec khalx. C'est à partir de ses observations sur les clivages de la calcite (qu'il nommait chaux carbonatée) que René Just Haüy a introduit la notion de « molécule intégrante », plus tard remplacée par celle de maille cristalline, introduite par Gabriel Delafosse. Il passe à ce titre pour l'inventeur, avec Jean-Baptiste Romé de L'Isle, de la cristallographie. Constituant principal de nombreuses roches sédimentaires (calcaires, marnes). C'est un des carbonates les plus abondants. La calcite, sous ses formes issues de l'industrie extractive (calcaire, carbonate de calcium) a de très grandes applications industrielles : dans la construction (ciment, chaux, pierres d’ornement, ...), comme fondant dans la verrerie et dans la métallurgie ; elle sert de matière première pour l'industrie chimique, pour la fabrication d'engrais et pour beaucoup d'autres usages. Elle fait effervescence à l'acide chlorhydrique dilué à froid selon une réaction qui donne des sels de calcium, de l'eau et du dioxyde de carbone, qui est à la pression atmosphérique et à température ambiante, gazeux et volatil. La calcite, est un cristal biréfringent. Les nicols, spaths sciés en deux et recollés avec du baume du Canada, ont longtemps constitué les seuls filtres polariseurs à disposition des physiciens. La calcite pure est incolore ou blanche. La présence de cations autres que le calcium, et notamment de métaux de transition, lui donne une coloration allochromatique jaune, orange, rouge, vert, bleu, brun, gris. Elle peut, selon les impuretés qui la composent, présenter les phénomènes de fluorescence, phosphorescence, thermoluminescence, triboluminescence. La calcite est un minéral au clivage net. Elle est incolore ou faiblement colorée en brun en lumière polarisée non analysée (ou lumière dite « naturelle ») avec des irisations au niveau des clivages. Elle possède un pléochroïsme de relief très marqué. En lumière polarisée analysée, la calcite polarise dans les teintes pastel d'ordre trois, principalement dans des couleurs rose et verte. Cette propriété pourrait être à la base de la pierre de soleil, qui aurait permis aux navigateurs danois de s'orienter sans boussole. La cobaltocalcite est une variété cobaltifère de calcite. La manganocalcite est une variété manganésifère de calcite.

Calcite jaune
à partir de 2,00 €
Calcite miel
à partir de 4,00 €
Cobaltocalcite
à partir de 5,00 €
Manganocalcite
à partir de 3,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Célestite

L'étude chimique a été faite par Martin Heinrich Klaproth en 1797, mais la célestine fut seulement décrite et dénommée par Abraham Gottlob Werner l'année suivante en 1798. Le nom est inspiré du latin coelestis ou caelestis = céleste, c'est-dire-dire bleu blanc en allusion à la couleur de ses premiers échantillons. La genèse primaire semble hydrothermale. La célestine est présente dans les cavités des roches volcaniques, remplies plus tardivement par des solutions hydrothermales de sulfate de strontium. Elle forme ainsi, tout en restant parfois très pure, des associations courantes avec le soufre bien connue en Sicile, parfois même avec le soufre et le gypse. L'origine de la célestine piégée en géode, contenant divers autres minéralisations comme le soufre, la baryte, la fluorine... est la même. La célestine se retrouve en filon en association avec la galène, la blende et autres sulfures. Elle pourrait résulter d'une facile oxydation du sulfure de strontium. Plus fréquemment, elle reste un minéral disséminé dans les roches sédimentaires, elle est fréquente dans les calcaires, les dolomies et les grès. Elle est alors parfois observable en cristaux sur calcite, aragonite ou dolomite. Elle apparaît aussi en géodes et en nodules, dans des formations sédimentaires. Elle est surtout typique et abondante dans les dépôts d'évaporites, provenant de la précipitation et de l'assèchement d'eaux saumâtres ou marines concentrées. Même si ce n'est pas un constituant majeur des dépôts d'évaporites, elle peut former des lits ou bancs de 3 à 6 mètres d'épaisseur. Toutefois, elle est le plus souvent associée avec l'anhydrite, le gypse et différents chlorures alcalins comme la halite, la sylvine... La célestine est le seul minéral extrait pour la production de sels de strontium, utilisés dans l'industrie sucrière pour l'enrichissement des mélasses ou le raffinage du sucre de betteraves. Les sels de strontium servent aussi en pyrotechnie, pour la production de feux artificiels (couleur rouge). L'élément Sr colore en rouge carmin les feux d'artifices, les feux de signal de détresse, voire les balles traçantes en rouge carmin. Ils entrent aussi dans la fabrication de colorants, de batteries électriques, mais de verres indescents spéciaux et d'émaux et de céramiques, de divers caoutchoucs et de peintures. La célestine et la strontianite sont les principaux minerais de l'élément chimique strontium.

Célestite
à partir de 4,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Chalcopyrite

La chalcopyrite est une espèce minérale composée de sulfure double (35 % massique), de cuivre (34,5 %) et de fer (30,5 %), de formule CuFeS2. Avec des traces de Ag, Au, In, Tl, Se, Te. Décrite par Henckel en 1725, le nom est inspiré du grec chalkos pour cuivre et de pyrite. Toutefois, sa structure n'est pas celle de la pyrite mais celle de la sphalérite. Elle sert de chef de file à un groupe de minéraux isostructuraux qui portent son nom. Normalement jaune laiton chaud, plus jaune que la pyrite, la chalcopyrite s'irise souvent en teintes rouges, bleues, mauves ou vertes ; ceci créé des confusions possibles avec la bornite. Elle est d'une altération facile aux affleurements, donnant souvent de la covellite, puis des minéraux oxydés verts ou bleus : malachite, plus rarement azurite, des arséniates, des phosphates, des vanadates, des chlorures, des sulfates... Cette altération donne naissance également à des sulfates solubles (chalcantite). C'est un minéral d'origine hydrothermale, extrêmement commun, qui fait partie des quatre sulfures les plus abondants (pyrite, chalcopyrite, sphalérite, galène) et dont les occurrences sont exploitées comme sources de minerai de cuivre (bornite et cubanite sont d'autres sources importantes). Elle est évidemment associée aux minéraux du cuivre. Les sulfates ; bornite, chalcocite, covellite, digenite ; les carbonates, malachite et azurite ; les oxydes comme la cuprite. Elle n’est que très rarement associée au cuivre natif, ainsi qu'à l'étain natif. On le retrouve par exemple en grandes quantités en Allemagne et au Canada. Elle peut être aussi souvent oxydée. Ce minéral est présent dans les météorites.

Chalcopyrite
à partir de 9,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Chrysocolle

Le chrysocolle est un ancien terme désignant divers matériaux servant à la préparation de l'or mais qui s'affina jusqu'à ne plus désigner aujourd'hui qu'un seul minéral, un silicate d'hydroxyde de cuivre. Cependant, il existe un débat quant à sa nature de minéral ou de minéraloïde, son mode de création s'approchant de celui du groupe des serpentines ou des allophanes. Utilisé depuis l'Antiquité, il peut être confondu superficiellement avec la turquoise mais sa couleur est réputée comme encore plus fine même si elle a moins de valeur. À cause de sa faible dureté et de sa teneur en eau, il est très sensible aux fortes chaleurs et aux attaques physiques ou chimiques. Le chrysocolle est connu depuis l'antiquité. Il a été décrit par Theophraste en 315 av. J.-C.. Du grec chrysos, or et kolla, colle. Son nom vient de son utilisation en tant qu'auxiliaire de fabrication pour la granulation des bijoux en or. Ne se présente jamais en cristaux (minéral amorphe = structure cristalline désordonnée), souvent en agrégats, en veinules par remplissage de fractures, concrétions botryoïdales, masses vitreuses. Les agrégats se présentent sous les formes suivantes : massifs, terreux, botryoïdaux, radiés, stalactitiques, fibreux, réniformes, concrétionnaires. C'est un produit de décomposition des minerais de cuivre, spécialement dans les régions arides. Elle est souvent associée à d'autres pierres à base de cuivre telles que l'azurite, la cuprite, la malachite et la turquoise mais aussi avec la calcédoine, la limonite, l'opale, et le quartz. Cette pierre a été trouvée à travers le monde dans plus de 2700 endroits. Extrême légèreté et tendreté, peut être confondue avec la turquoise. Soluble dans l'acide chlorhydrique par précipitation de la silice. Elle est utilisée en joaillerie depuis l'Antiquité, certaines pièces exceptionnelles peuvent dépasser deux kilogrammes. Cependant, elle est généralement taillée uniquement quand elle est associée à d'autres minéraux tels le quartz car, pure, elle est un peu trop tendre et a tendance à se craqueler. On l'utilise également comme flux pour souder l'or (comme indiqué par l'étymologie de son nom). Le chrysocolle est utilisé parfois comme minerai de cuivre. Sa toxicité due à sa teneur en cuivre permet son utilisation comme additif de peinture pour bateaux en tant qu'agent anti-fouling.

Chrysocolle
à partir de 5,00 €
Chrysocolle malachite
à partir de 4,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Chrysoprase

La chrysoprase est une variété gemme de calcédoine nickélifère, elle peut contenir des micro-inclusions de minéraux du nickel tel la kerolite, népouite, pimelite, willemseite. La couleur varie du vert pomme au vert foncé, toutefois dans ce cas il s'agit plutôt de quartz prase. Le mot chrysoprase vient du grec chrysos (« doré »), qui décrit l'éclat, et prason (« poireau »), qui décrit la couleur. La chrysoprase peut être taillée souvent en cabochon. Les gemmes les plus pures sont comparables au jade, avec lequel on la confond parfois. Cette gemme est une des plus anciennes connues, elle aurait été portée par, entre autres, Alexandre le Grand et Frédéric II de Prusse. 

Chrysoprase
à partir de 5,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Citrine

 La citrine est une variété de quartz, dont la couleur jaune est due à la présence d'infimes quantités d'oxydes de fer dans le minéral. La citrine se trouve assez rarement à l'état naturel. Le terme vient du latin citrus qui désigne le citron, par référence à sa couleur.

 

La citrine, c’est le rapport au père, au pouvoir ou à l'égo. Elle nous aide à pacifier nos relations avec tout ça, avec l'autorité. Elle convient aux personnes audacieuses et volontaires. Elle s'accorde également avec les natures loyales. Elle donne de l'énergie au travail. Sa contemplation apaise l'esprit et permet de trouver des réponses aux questions que l'on se pose. La citrine a le pouvoir de transformer les pensées négatives en positives.

Citrine
à partir de 4,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Cornaline

La cornaline, le fruit rouge du cornouiller (cornus mas), qui tire son nom du latin cornu (qui signifie corne, car le bois en est dur comme de la corne) est une variété de calcédoines rouges. Elle est principalement utilisée pour la bijouterie. Les gisements se trouvent principalement en Inde, au Brésil et en Uruguay. La cornaline est de la couleur proche de l'orchidien, variété d'orchidée.

 

Sur le plan psychologique, la cornaline combat les pensées négatives ou morbides, encourage à aller de l'avant et apporte la réussite dans tous les domaines. Elle favorise les contacts et les relations en mettant en avant l'expression personnelle et à la communication. Elle donne du courage et suffisamment de force pour surmonter les mauvais traitements et croire que tout peut changer. Sur le plan mental, clarifie les idées en écartant les pensées négatives et les idées noires. Sur le plan émotionnel, elle protège des agressions extérieures, éloigne la révolte, la colère et chasse la négativité émotionnelle. Elle vous fait prendre conscience que la vie peut être belle et que l'amour est plus fort et au-dessus de tout.

Cornaline
à partir de 1,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Cristal de roche

Dans les croyances primitives, Mircea Eliade (Le chamanisme et les techniques archaïques de l’extase, Paris, Payot, 1950) souligne que le cristal de roche (quartz hyalin) joue un rôle important dans les croyances et les pratiques magiques, ou chamanistes, de nombreux peuples primitifs (Aborigènes d'Australie, Négritos de la péninsule Malaise, Amérindiens...). Généralement considéré comme d'origine céleste, le quartz confère leur pouvoir aux chamans et medicine-men ; lors des rites d'initiation, des morceaux de quartz peuvent être introduits dans le corps du néophyte, par exemple en lui faisant boire une eau contenant des cristaux. Divers mythes font référence à des lieux surnaturels tapissés de cristaux, ou à un trône de cristal utilisé par l'Être suprême. D'autres traditions évoquent le pouvoir magique de voler conféré par le cristal de roche. Le quartz lui-même est parfois considéré comme de la « lumière solidifiée ». Une trace de ces croyances s'est maintenue dans certains contes traditionnels européens, évoquant une « montagne de verre » ou de cristal : voir par exemple le conte russe intitulé La Montagne de cristal et certains Contes de Grimm.

 

Le quartz est une espèce minérale du groupe des silicates, sous-groupe des tectosilicates, composé de dioxyde de silicium de formule SiO2 (silice), avec des traces de différents éléments tels que Al, Li, B, Fe, Mg, Ca, Ti, Rb, Na, OH. Il se présente soit sous la forme de grands cristaux incolores, colorés ou fumés, soit sous la forme de cristaux microscopiques d'aspect translucide.

 

Constituant 12 % (en masse) de la lithosphère, le quartz est le minéral le plus commun (l'oxygène et le silicium sont respectivement les premier et deuxième constituants, par ordre d'importance, de la lithosphère) ; c'est un composant important du granite, dont il remplit les espaces résiduels, et des roches métamorphiques granitiques (gneiss, quartzite) et sédimentaires (sable, grès).

 

Par un processus dit « hydrothermal » les plus beaux cristaux de quartz, se forment dans les fissures et crevasses des roches riches en silice, d'où l'appellation de cristal de roche. Le cristal de roche de la famille des « quartz cristallin rhomboédrique » se présente sous forme de grands cristaux incolores. C'est l'une des pierres maîtresse de la lithothérapie.

 

Le quartz est souvent accompagné d'autres minéraux, de feldspaths (albite, orthose, adulaire) et de calcite. La beauté des cristaux dépend principalement de la température des solutions hydrothermales, plus elle est élevée, plus ils seront beaux et transparents. Ils sont habituellement disposés en groupe de manière quelconque et en gerbe de cristaux de quartz imitant des chrysanthèmes.

 

Certains quartz renferment divers minéraux sous forme d'inclusions. On y trouve des aiguilles de rutile, de tourmaline, d'amphibole ou des paillettes de chlorite. La coloration de certains cristaux est due à la présence de traces d'oxydes de fer, de manganèse, ou à des inclusions de minéraux étrangers.

 

Le cristal de roche est un amplificateur curatif et énergétique, le quartz absorbe, libère et régularise l'énergie. Grâce au procédé Kirlian nous pouvons constater sur les photographies combien le champs magnétique est amplifié avec un quartz. Ce cristal est très bénéfique pour effectuer un travail spirituel. Certains thérapeutes de la médecine douce (acuponcteur, magnétiseur et lithothérapeute) utilisent le quartz et en font leur outil de travail. Il protège des radiations, des mauvaises ondes et permet au corps de se régénérer. Il Purifie, amplifie l'aura et facilite le voyage astral.

 

Sur le plan spirituel, il protège du mal, éloigne les influences néfastes, purifie l'âme, aide à développer le don et montre la voix pour atteindre le but que l'on s'est fixé. Ce cristal est un récepteur de premier ordre, très efficace pour la programmation, la méditation, la médiumnité, la voyance et peut servir de bouclier de protection. Le cristal de roche donne de l'énergie au corps, maintient les chakras sur le plan énergétique et aligne les corps subtils.

 

Depuis des décennies, les minéraux sont utilisés par les hommes. Faîtes l'expérience, au moment ou la fatigue se fait sentir de vous positionner face au soleil, de placer un cristal de roche de forme bi-pointe dans le creux de votre main et de serrer le point. En vous concentrant sur le cristal, vous devriez ressentir l'énergie qui passe en vous et en quelques minutes être en forme pour repartir. C'est ainsi que la plupart des pèlerins marchaient sur les chemins de Compostelle.

 

Les cristaux biterminés se développent souvent dans des endroits riches d'argile et de silice. Ils créent le lien entre les forces cosmiques et le tellurique de la terre-mère. Chargés d'énergies ils sont efficaces pour le centrage et maintenir les flux énergétique des Chakras. Ces cristaux facilitent la divination, la méditation, le voyage astral. Ils sont utiles aux voyants, médiums et guérisseurs.

 

Le quartz vert ouvre et renforce le Chakra du cœur. Modifie l'énergie en la rendant positive, stabilise le système endocrinien, incite au renouveau et à la créativité.

 

Le quartz bleu dissipe la peur, calme, apaise, apporte des espoirs, des espérances, aide à se retrouver en étant ouvert aux autres et à s'intégrer dans la société.

 

Le quartz doré, de couleur jaune transparent, est bénéfique à la communication spirituelle, la télépathie, le dédoublement et le voyage astral.

 

Le quartz arlequin parsemé de points rouges, est excellent pour la vitalité du corps et de l'esprit. Il équilibre le corps magnétique, éthérique et astral. Il incite à méditer en semant l'amour universel, à tisser le lien entre le monde physique et spirituel.

 

Le quartz au lithium efflorescent très énergétique fait apparaître des taches de couleur rouge pourpre tirant sur le violet. C'est un excellent purificateur. On peut l'utiliser sur tous les Chakras, en élixir, pour rendre sains les végétaux.

 

Les cristaux générateurs sont de grands cristaux dont la dimension est supérieur à quinze centimètres de long pour cinq centimètre de diamètre. Certains cristaux peuvent atteindre plus deux mètres de long et peser plusieurs tonnes. Polis ou bruts, ils sont considérés comme de grands générateurs d'énergie à placer dans l'environnement (pièce, jardin, cour ou pelouse).

Les fantômes du quartz sont visibles lorsque le cristal est pur et limpide. Ce sont des triangles similaires à la pointe aperçue dans le cristal. Entre deux triangles il s'écoule parfois des millions d'années, le temps que le cristal reprenne sa croissance. Le fantôme de croissance est le plus souvent blanc, gris pastel, beige clair. Ces cristaux à fantômes sont en général utiles pour entreprendre un voyage initiatique et spirituel.

 

L'âme du quartz est la partie floue, laiteuse que l'on aperçoit au centre du cristal. Ces cristaux ont la particularité d'être plat en partant dans tous les sens, contrairement aux autres qui sont en forme de colonne. Ces cristaux bipyramidaux ne proviennent pas de la roche mère, sont rares, généralement de petite taille et puissants en énergie. On peut les utiliser pour faire l'ouverture de tous les Chakras.

 

Le quartz sceptre est un cristal identique au corps du cristal de roche a une particularité au niveau de la pointe, un col cristallin de couleur blanc, opaque, beige clair, ou gris pastel aux reflets mauve. Par son aspect ce quartz fait penser à un pénis ou à un champignon. C'est le quartz dominateur utile pour la personne qui a tendance à reculer ou baisser les bras face aux situations ambiguës.

 

Le quartz arcs-en-ciel selon l'orientation de la lumière fait apparaître l'arc-en-ciel, on l'attribut à Iris, messagère des dieux d'où le nom Quartz Iris. Ce cristal aux propriétés enrichissantes, limpide et pur, reflète toute la lumière en arcs-en-ciel, ce qui est fréquent sur les cristaux ou objets en cristal de roches. C'est un vrai plaisir de le regarder et de l'avoir chez soi

 

Cristal de roche
à partir de 3,00 €
Quartz fumé
à partir de 4,00 €
Quartz rose
à partir de 3,00 €
Quartz rutile
à partir de 8,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Dumortierite

La dumortiérite est un minéral fibreux (borosilicate d'aluminium) qui a été découvert en 1881 à Chaponost en région Rhône-Alpes, et nommé en l'honneur du paléontologue Eugène Dumortier. Ce minéral ne doit pas être confondu avec l'azurite, la lazurite ou bien encore la sodalite. Ce minéral peut se trouver au Brésil, au Canada, dans le Nevada et en Californie, en France (près de Lyon et de Bionne), en Silésie polonaise, en Norvège, en Russie, à Madagascar, en Namibie et au Sri Lanka.

Dumortierite
à partir de 4,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Fluorite

La fluorite (ou fluorine) est une espèce minérale composée de fluorure de calcium, mais comportant des traces de Y, Ce, Si, Al, Fe, Mg, Eu, Sm, O, Cl et composés organiques. Les différents ions en traces sont à l'origine des multiples couleurs et zonations colorées rencontrées pour ce minéral. Connue depuis l'Antiquité, c'est la description de Georgius Agricola en 1529 qui fait référence. Le terme « fluorite » est du naturaliste Napione. Son nom vient du latin fluere qui veut dire fondant (qui coule). La détermination est facile si la fluorine est cristallisée, par son habitus le plus fréquemment en cube et par son clivage caractéristique. D'éclat vitreux, elle est transparente à translucide. Sa couleur est très variée, en fonction des traces d'éléments qu'elle contient. Elle est fluorescente lorsqu'elle est éclairée par un rayonnement ultraviolet. Son trait est blanc. Sa dureté (4) sert de référence pour l'échelle de Mohs. Sa cassure est conchoïdale, esquilleuse et irrégulière. Comme tous les minéraux contenant du calcium, elle colore la flamme d'un orange-rouge caractéristique de ce métal. Chauffée, elle décrépite en une poudre blanche. La structure de la fluorine correspond à un remplissage d'une structure hôte. Les anions F− forment un réseau cubique simple dans lequel les cations Ca2+ occupent la moitié des sites cubiques. Les cations et les anions ont à peu près la même taille. La fluorine peut présenter les phénomènes de fluorescence, triboluminescence et thermoluminescence. La fluorine est largement utilisée pour traiter ou réaliser des lentilles pour l'astronomie et les objectifs photo, car elle permet de limiter les aberrations chromatiques. La fluorine est un minéral des dépôts de basse température, le plus souvent sous forme de filon. On la trouve aussi comme dépôt dans les granites ou des roches métamorphiques comme le gneiss. Elle est particulièrement associée aux minéraux métalliques : les sulfures de plomb, de zinc et d'argent, où elle forme une partie de la gangue. Elle peut être associée alors avec de la barytine, du quartz et de la calcite. Les grands gisements se trouvent surtout en Chine, qui produisait en 2006 51 % de l'approvisionnement mondial, au Mexique, en Afrique du Sud, mais la fluorine est répartie sur toute la planète. La « fluorite Laurent », découverte par le cristallier Christophe Peray le 21 juillet 2006 dans une géode typique des montagnes de Chamonix, présente l'association unique de fluorine rouge framboise (couleur due à des défauts appelés « centres colorés » et irradiés naturellement) et de quartz fumé. C'est la première pierre à être reconnue « bien culturel d’intérêt patrimonial majeur » (loi du 1er août 2003 relative au mécénat), permettant ainsi de la faire classer dans la collection du Muséum national d'histoire naturelle et de la rendre inaliénable. En dehors de son utilisation ornementale, elle est utilisée comme fondant par les fabricants d'acier, dans la fabrication de la fibre de verre et du verre opale et surtout pour la production d'acide fluorhydrique et de produits fluorés dérivés, dont le fluorure d'aluminium, à partir duquel s'obtient l'aluminium métal. Le fluorure de calcium est également utilisé dans l'optique instrumentale, les propriétés de ce solide cristallin étant notoirement meilleures que celles des verres connus, notamment en termes de transmission, de réfraction et de dispersion chromatique. Le fluorure de calcium (CaF2) s'obtient sous forme de monocristal cubique obtenu sous vide par la méthode de Stockbarger. Sa transmission est bonne de l'ultraviolet dans le vide à l'infrarouge. Son excellente transmission des UV jusqu'à 170 nm et ses propriétés non biréfringentes en font un matériau idéal pour la transmission de l'UV à courte longueur d'onde. Le CaF2 pour l'infrarouge est obtenu à un coût nettement moindre à partir de fluorine extraite de mines naturelles. Le CaF2 étant sensible aux chocs thermiques, il doit être manipulé avec précaution. Bien que de faible dureté, elle peut être taillée.

 

La fluorite nous branche à l'essentiel. Permet de surmonter toute forme de désorganisation. Nous aide à structurer notre existence et à mettre en place des systèmes stables. Rend créatif, inventif et intuitif. Nous aide à laisser se manifester nos sentiments réprimés. Stabilise les émotions, donne confiance en soi et dissipe la confusion. Nous aide à nous défaire d'attitudes rigides, d'idées fixes, de comportements bornés. Favorise l'apprentissage, la concentration, la croissance.

Fluorite
à partir de 3,00 €
Fluorite bleue
à partir de 5,00 €
Fluorite multicolore
à partir de 4,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Grenat

Grenat désigne une famille de minéraux du groupe des nésosilicates cristallisant dans le système cristallin cubique (ou isométrique). Les grenats de qualité gemme sont des pierres fines. Employé seul, le terme grenat est synonyme de pyrope-almandin. Ces deux espèces constituent la majorité des grenats et sont souvent présentes en association (solution solide). Une roche formée presque exclusivement de grenat est appelée une grenatite. Le grenat est également un composant important de certaines roches métamorphiques (éclogites, paragneiss), dans lesquelles il permet de reconstituer l'histoire de leur pression et de leur température. Les grenats sont connus depuis très longtemps puisque Théophraste (v372 –v287 av. J.-C.) les avait déjà dénommés anthrax (signifiant charbon). Puis, ils furent décrits par Pline l'Ancien, naturaliste du début de notre ère (23-79 apr. J.-C.) qui dénomma le grenat almandin carbunculus (en français : charbon ardent), en corrélation avec sa couleur la plus répandue. Le nom « grenat » est quant à lui plus récent puisqu’il date de 1270. Il fut utilisé pour la première fois par le théologien et philosophe allemand Albert le Grand (1193-1280) qui l’aurait ainsi nommé soit à partir du nom latin malum granatum (pomme à grains, grenade), pour sa couleur, soit à partir de granum (grain) pour sa forme. Les grenats sont utilisés en joaillerie depuis des milliers d’années. En ces temps anciens, ils étaient connus sous le nom d'escarboucle ou de gemme rouge. Historiquement, l'importance des variétés non gemme du grenat tient au fait que cette pierre, beaucoup moins rare que le saphir ou le rubis, servait à graver les agates, jaspes, ivoire, etc. Sous forme de poudre abrasive le grenat servait à dégrossir et polir à moindre coût ces mêmes pierres, notamment le quartz, moins dur. Faute de corindons de qualité non précieuse, on utilisait alors du grenat, très commun. C'était donc l'abrasif historique de référence sur le plan de la disponibilité et de la dureté. Dans les temps anciens, certains grenats de par l'absence d'une certaine méthodologie d'identification des pierres précieuses (tests empiriques peu rigoureux) étaient parfois, au même titre que les spinelles, confondus avec des rubis, notamment dans la variété des grenats pyropes. Mais la grande différence de dureté entre ces pierres ainsi que le clivage permettait aisément d'éviter toute supercherie. Le grenat connut un essor particulier lors de la chute de l'empire romain, et ce auprès des joailliers « barbares » reprenant le style byzantin en y ajoutant leur savoir-faire du cloisonné et autres techniques typiques de ces contrées. Par exemple, au musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain-en-Laye, ou au musée de Cluny, on peut voir des bijoux mérovingiens comportant des grenats, notamment des fibules. Les grenats y sont systématiquement polis grossièrement et jamais facettés afin de préserver au mieux le volume initial de la pierre brute. En 1892, les Hunzas ont utilisé des projectiles faits de grenats contre les troupes britanniques au Cachemire, pensant que leur action meurtrière était supérieure aux balles de plomb. Les grenats sont formés de trois groupements silicate associés à des cations métalliques divalents et trivalents. On définit ainsi toute une famille de minéraux que l’on décompose en fonction de ces éléments. Les Anglo-saxons, depuis Winchell en 1933, préfèrent décomposer la famille des grenats à partir des éléments bivalents, dont l’élément principal est le calcium. On distingue ainsi deux groupes de grenats : les grenats calciques ou ugrandites et les grenats alumineux ou pyralspites. Le Ti intervient jusqu'à 1 % dans l’almandin et 5 % dans les mélanites, variétés noires d’andradite (on peut même atteindre 20 % de Ti). L’yttrium peut intervenir dans d’autres grenats comme les spessartines qui peuvent contenir jusqu’à 5 % de Y2O3 ou du Zn. Les grenats sont des silicates et plus précisément, des nésosilicates, du grec nesos (île), car ils sont formés de tétraèdres SiO4 isolés, non reliés entre eux. La structure consiste en un réseau tridimensionnel d'octaèdres et tétraèdres qui partagent des sommets, constitués par des atomes d'oxygène. Tous les oxygènes sont identiques, chacun étant à la fois un sommet d’un octaèdre et d’un tétraèdre. Dans l’espace entre ces polyèdres on trouve des cavités en forme de dodécaèdres triangulaires, dans lesquels se placent les cations bivalents à coordination. Ces cavités peuvent être décrites comme des antiprismes tétragonaux déformés de façon telle que les sommets ne sont plus coplanaires. La maille est de dimension très importante puisque qu'elle contient pas moins de 96 oxygènes. Aucun clivage n’a été observé. Les grenats sont des minéraux isomorphes, du groupe 4/m32/m du système cubique, avec des formes dérivées en dodécaèdre rhombique (ou rhombododécaèdre) surtout dans les roches métamorphiques, en tétragonotrioctaèdre (ou trapézoèdre) plutôt dans les pegmatites. Du fait du nombre conséquent des différents éléments chimiques qui les constituent, les grenats présentent un large panel de couleur, allant du jaune au rouge en passant par le vert et le noir, seule la couleur bleue n’est pas représentée. Bien que la couleur idiochromatique prédominante des grenats (c’est-à-dire correspondant aux éléments principaux du minéral) soit le brun rouge due à la présence de fer pour les grenats pyralspites, les grenats ugrandites ou grenats calciques, ne sont généralement que faiblement colorés en propre et sont donc particulièrement sensibles aux éléments d’impuretés (colorations allochromatiques). Certains éléments chimiques secondaires peuvent se substituer dans le réseau des grenats aux cations pour les colorer de manière allochromatique (relative à des impuretés). Les ions Cr3+, V3+ et Ti3+,4+ peuvent conférer à ces grenats un tout nouvel attrait et une nouvelle notoriété. Ainsi, peut-on citer les variétés de grenat tsavorite, grenat grossulaire coloré en vert par la présence de vanadium, et le grenat démantoïde dont la couleur verte spécifique est due à la présence de chrome dans de l’andradite, andradite elle-même appelée mélanite lorsqu’elle est colorée en noir par la présence de titane sous l’effet de la transition électronique Fe3+ - Ti4+, qui colore également les saphirs en bleu. Enfin, n’oublions pas les grenats malais, qui s’ils sont riches en vanadium, réagissent aux UV et émettent alors dans des couleurs différentes de leurs couleurs d’émission sous lumière blanche. Certains grenats sont parfois étoilés. Un grenat est qualifié d'« étoile » lorsque de fines inclusions aciculaires et parallèles créent un phénomène optique d'astérisme, phénomène de réfraction de la lumière selon diverses directions, qui fait apparaître une étoile. Cette étoile a fréquemment quatre branches, plus rarement six branches. La dureté des grenats (7-7,5) les fait parfois utiliser dans l'industrie comme abrasifs (en particulier les pyropes plus denses car formés sous de fortes pressions) mais on leur préfère toutefois le corindon plus dur (9). Les grenats sont également étudiés par les géologues en tant que géothermobaromètre. Ils permettent de déterminer la température et/ou la pression de formation d'une roche. Les géologues exploitent cette propriété pour déterminer si une roche a subi les conditions favorables de pression et de température pour renfermer des diamants ou du pétrole. Les grenats sont utilisés en joaillerie pour réaliser des bijoux divers. Une industrie joaillère du grenat existe dès le Moyen Âge en Roussillon, à partir de minéraux locaux. Elle est en plein essor au XIXe siècle, puis décline au XXe siècle, mais existe encore de nos jours.

 

Selon le Coran, le quatrième ciel est composé d’escarboucles. Selon l’astrologie védique, le grenat hessonite est le talisman qui protège des influences démoniaques du corps céleste nommé Rahu. Le grenat est également considéré comme une pierre sacrée par nombre de tribus indiennes d’Amérique. Le grenat serait supposé, selon des croyances populaires, protéger des blessures et du poison, arrêter les saignements, symboliser la vérité et la fidélité, et apporter prospérité. C'est surtout la pierre semi-précieuse traditionnellement associée par les joailliers au mois de janvier en ce qui concerne les naissances.

 

L'énergie de la terre dans la sexualité. Elle nous aide à dépasser l'aspect physique, à sacraliser. Le grenat a la faculté de relier à la terre. Il nous aide à progresser dans l'existence terrestre. Il peut traiter la mélancolie, le découragement et les dépressions.

Grenat rouge
à partir de 3,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Haüyne

L’haüyne, est une espèce minérale du groupe des silicates sous-groupe des tectosilicates, de la famille des feldspathoïdes. L'haüyne fait partie du groupe de la sodalite. Décrite par le minéralogiste danois Tønnes Christian Bruun de Neergaard, en 1807. Son nom lui a été donné en hommage au minéralogiste français René Just Haüy (1743-1822). L'haüyne se trouve dans les roches ultrabasiques, pauvres en silice et alcalines. Les plus gros cristaux se trouvent dans l’Eifel (Allemagne). Le groupe sodalite est composé de minéraux ayant une structure isométrique similaire et chimiquement proche ; tous issus des feldspathoïdes, minéraux des roches ignées pauvres en silice. Comme les zéolithes, les feldspathoïdes et le groupe de la sodalite, ont des structures cristallines largement ouvertes, ce que traduit parfaitement leur faible densité. L'haüyne peut être taillée comme pierre fine.

Haüyne
à partir de 5,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Hyperstene

L'hypersthène est un inosilicate commun dans les roches appartenant au groupe des orthopyroxènes (pyroxènes orthorhombiques). De nombreuses références ont formellement abandonné ce terme, préférant catégoriser ce minéral parmi les enstatites ou ferrosilites, alors qu'il se situe entre les deux. L'enstatite pure ne contient pas de fer tandis que la ferrosilite pure ne contient pas de magnésium. On le trouve dans les roches magmatiques ou métamorphiques aussi bien que dans les météorites de fer et pierreuses. Les cristaux bien distincts sont rares, le minéral étant habituellement trouvé folié, mélangé dans les roches magmatiques norite et hypersthène-andésite, dont il forme un composant essentiel. La labradorite grenue de l'île Saint-Paul dans le Labrador a fourni le matériel le plus typique et c'est pour cette raison que le minéral est également connu sous le nom de hornblende du Labrador ou paulite. Sa couleur est souvent grise ou verte et son éclat est généralement vitreux ou perlé. Son polychroïsme est fort, sa dureté se situe entre 5 et 6 sur l'échelle de Mohs et sa gravité spécifique entre 3,4 et 3,9. Sur certaines surfaces, il montre un éclat rouge-cuivre métallique brillant de la même origine que la bronzite mais plus prononcé. Comme cette dernière, il est parfois découpé et poli en gemme. Son nom provient du grec ancien et signifie « très puissant ». C'est en allusion à sa dureté supérieure à l'amphibole hornblende avec lequel il est souvent confondu.

Hypersthene
à partir de 4,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Jais

Le jais (du latin gagâtes, pierre de Gages, en Lycie) est une gemme fossile formée par l'action de la pression océanique sur une roche sédimentaire composée de restes fossiles de plantes. Cette variété de lignite combustible, dur et d'aspect compact, d'aspect vitreux et d'un noir brillant, est très dur et susceptible d'être taillé en une pierre fine, taillée à facettes et polie, servant notamment à la confection de bijoux, de parures de deuil, de garnitures de passementerie, d'ouvrages de tabletterie. Le « jais » ou « noir de jais » désigne par tradition un noir brillant, souvent à reflets bleu métallique, ce terme sert à décrire le plumage des corbeaux et les chevelures d'un noir très sombre. En ce qui concerne le matériau amorphe jais, son indice de réfraction est d'environ 1,66. Sa densité (par rapport à l'eau) est d'environ 1,3 et son éclat est cireux à vitreux. Il dégage une odeur de charbon lorsqu'on le brûle avec une aiguille chauffée. Son trait est brun, ce qui peut le distinguer de ses imitations.

Jais
à partir de 3,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Jaspe

Le jaspe est une roche sédimentaire contenant de 80 à 95 % de silice, souvent classée avec les quartz microcristallins mais qui peut aussi contenir de l'argile. Elle est constituée de radiolaires calcédonieux pris dans un ciment de calcédoine. Sa cassure est écailleuse, parfois conchoïdale. Le jaspe peut avoir plusieurs aspects : tacheté, rubané, rouge (ou oriental), à taches rouges sur fond vert, noir (de Sicile), etc… Il ne contient par contre pas de grains de quartz détritique. D'origine sédimentaire ou volcanique, c'est donc un minéral de transformation mais qui est parfois classifié minéral parfois roche selon le point de vue ou son taux d'impuretés. Sa particularité essentielle, outre son abondance, est sa large palette de coloris naturels. On peut estimer, a priori, qu'aucun coloris n'est impossible pour le jaspe, ce qui, d'ailleurs, rend complexe son identification. Il existe un grand nombre de jaspes dans la nature, autrefois ils étaient nommés par leurs couleurs dominantes ou encore avec les corps minéraux ou cristaux qu'ils étaient susceptibles de contenir, ainsi le jaspe pyritifère, le jaspe quartzifère, le jaspe argileux... Ils faisaient l'objet de collections spécialisées. Du latin iaspidem venant du grec iaspis, (venant lui-même des langues sémitiques (cf. Hebrew yushphah, Akkadian yashupu), probablement du Persan yašp, tous signifiant « pierre tachetée ». Le jaspe a été utilisé pour réaliser des forets à archet, pour allumer des feux, dans le Mehrgarh, entre le IVe et le Ve millénaire av. J.-C. La phtanite a été utilisée pour façonner des outils préhistoriques en Bretagne. Le jaspe a également été utilisé pour tailler des outils : c'est le cas du jaspe de Fontmaure par exemple, mais aussi, très localement, du jaspe de Bretagne. Le jaspe est connu pour avoir été le bijou préféré dans le monde antique, son nom peut être retracé en arabe, en persan, en hébreu, en assyrien, en grec et en latin. Sur l'île minoenne de Crète, le jaspe a été sculpté pour produire des sceaux vers 1800 av. J.-C., comme en témoignent les découvertes archéologiques dans le Palais de Knossos. Les chrétiens du Moyen Âge se servaient du jaspe sanguin, pour graver des scènes de la Crucifixion, ce qui amena l’appellation de « pierre des martyrs », compte tenu des taches rouges d'oxyde de fer, contenues dans la pierre, qui évoquent les gouttelettes de sang, ou la couleur du soleil couchant, d'où le nom héliotrope donné à la pierre. Le jaspe (associé à de l'améthyste), a été utilisé pour réaliser l'ornementation des façades ou des murs, comme dans la chapelle Saint-Venceslas à Prague, ou dans l'église de la Sainte-Croix à Karlštejn. La passion des Médicis, pour les objets en pierre semi-précieuse (jaspe, onyx, cornaline, améthyste, malachite, agate, marbre, ou lapis-lazuli) conduisit le grand-duc Ferdinand Ier de Médicis à fonder, à Florence en 1588, la manufacture d’art spécialisée dans le travail des pierres dures. Dès la fin du XVIe siècle, la mode se répandit des vases et du mobilier en pierre dure et s’affirmèrent le goût et la technique de la mosaïque florentine. La manufacture poursuivit son activité pendant plus de trois siècles, et est devenue le Musée de la Manufacture de pierres dures de Florence. Un superbe spécimen de jaspe, portant le monogramme « I.R.I », de l’empereur germanique Rodolphe II, est exposé au musée du Louvre, à Paris. Les maîtres lapidaires des trois manufactures lapidaires impériales de Peterhof, Ekaterinbourg, ou de la Manufacture lapidaire impériale de Kolyvan (ru), en Sibérie, avaient l'habitude de travailler sur des objets d'art volumineux, en utilisant la technique de la mosaïque russe (ou école russe de la mosaïque florentine), par placage de fines lamelles de pierres semi-précieuses telles que la malachite, la rhodonite, le lapis-lazuli, habilement assemblées sur des œuvres d'art en bronze ou en pierre. Le jaspe a été aussi utilisé pour réaliser des coupes ornementales. De nombreux vases et objets d'art en jaspe, de différentes couleurs, sont exposés au Musée de l'Ermitage, à Saint-Pétersbourg. Le célèbre vase de Kolyvan ou « Tsarine des vases », pesant 19,2 tonnes, est le symbole de l'extrême professionnalisme des tailleurs de pierre de l'Altaï et la preuve irréfutable de la richesse unique de cette chaîne de montagnes. Le vase a été conçu par l'architecte Avraam Melnikov (en), qui a lui-même supervisé la fabrication de 1831 à 1843. C'est un processus extrêmement difficile de travailler un bloc de cinq mètres de « jaspe de Resnev » pendant plus de onze ans. Un bloc monolithique trouvé en 1819 dans la montagne Revnyoukha, et extrait en février 1829. Cette variété de pierre est très dure, mais en même temps fragile et incapable de résister à des chocs. La coupe ovale, de 5 mètres de long sur 3,25 mètres de large, a été taillée à la Manufacture lapidaire impériale de Kolyvan, puis transportée sur un traîneau, tiré par 154 chevaux, vers la rivière Chusovaya, pour être transférée sur une barge, et atteindre Saint-Pétersbourg, en février 1843. Le vase porte un grand nombre de retouches et de reprises (patches), mais elles ont été appariées avec une telle habileté qu'elles ne peuvent pas être repérées. Le travail a été achevé dans le Nouvel Ermitage, et maintenu emballé sur le remblai de la Neva. Ce n'est que le 5 novembre 1849, que la « Tsarine des vases » a été transportée, grâce à un percement dans un mur et mise en valeur dans le hall sur un piédestal construit spécialement pour elle. Certains jaspes polis développent des images surprenantes, à tel point que certaines origines, telles que celles de l'Idaho, ou de l'Oregon, ont reçu une dénomination distincte, comme le Jaspe Bruneau ou (Bruneau jasper), ou encore Owyhee.

 

Le jaspe est extrêmement répandu dans le monde, mais chaque pièce est quasiment unique. Il est soit de source volcanique par hydrothermalisme, soit sédimentaire via les boues de dépôt des radiolaires et parfois nommé alors radiolarite. Le jaspe est constitué de SiO2 et donc formé de calcédoine, très proche de l'héliotrope mais, surtout, des agates. On le différencie des autres à cause de ses coloris infinis, sa non-fluorescence, qu'il ne contient pas de quartz détritique mais, surtout parce que le jaspe contient 5 à 20 % d'autre chose que le gisement d'origine. L'identification est d'autant plus délicate qu'il n'y a pas de fixation de critères objectifs entre ces 3 formations qui ont toutes la même origine. De nombreux minéraux resteront donc contestés ou indéterminables, la littérature étant parfois même contradictoire sur le sujet. Si l'on a affaire à des jaspes très riches en impuretés, la densité peut être le facteur déterminant pour autant que la moyenne de la densité des matériaux ajoutés soit très différente de celle du quartz. Les formations rubanées ou tachetées sont majoritairement des agates et c'est l'opacité qui sera souvent alors déterminante dans l'identification.

 

Voici quelques exemples de jaspe :

 

  • Bois silicifié, bois fossilisé par de la silice, couleur bariolée. C'est une catégorisation de bois fossile versé dans les jaspes car les cellules ont été remplacées par de la silice Zones de sédimentation profondes riches en silice
  • Cacholong, blanc avec de l'opale
  • Chrysoprase, couleur vert poireau à vert bleuté
  • Cornaline, rouge à orangé, contient de l'hématite en quantité
  • Jaspe bréchoïde, vient de sa composition rocheuse en brèche Beige à marron. Nous quittons ici les minéraux pour rentrer dans les roches.
  • Jaspe de terre, beige à marron
  • Jaspe léopard, nommé ainsi car comportant des taches comme une peau de léopard, constellé de taches avec des centres parfois en quartz pur
  • Jaspe océan, verdâtre, à motifs
  • Jaspe plasma, vert foncé uni, coloré par la chlorite ou la serpentine
  • Jaspe sanguin, fond vert à taches rouges ou complètement rouge-brunâtre
  • Jaspe orbiculaire, fond vert à taches dorées. Son nom lui vient des nombreux formations en cercle, parsemés de réseaux serrés de taches circulaires concentriques.
  • Jaspe zoné, comportant les traces de couches de dépôt, multicolore. Il comporte la trace des différentes couches de dépôts Volcanique en mélange avec des roches.
  • Lamparci ou Dalmatien, blanc à taches noires
  • Lydienne, gris ou noir, présence de matières charbonneuses, un peu de pyrite et quelques grains phosphatés. Elles alternent souvent avec des calcaires et des schistes, en bancs réguliers, dans les séries du Carbonifère. 
  • Onyx, noire à marron, peut être une agate ou jaspe, selon sa composition
  • Phtanite, vient du grec et signifie "je devance". Gris ou noir Plus argileux que les lydiennes, formées de quartz en très petits cristaux, de quelques radiolaires encore visibles, de matière charbonneuse ou graphiteuse (d'où leur couleur), elles sont généralement considérées comme issues de dépôts marins. Les phtanites annoncent souvent le passage à des schistes.
  • Sardoine, marron
  • Sardonyx, couleur bariolée
  • Unakite, verte tranchée d'orangé
Jaspe kambaba
à partir de 4,00 €
Jaspe orbiculaire
à partir de 3,00 €
Jaspe paysage
à partir de 3,00 €
Jaspe polychrome
à partir de 4,00 €
Jaspe rouge
à partir de 3,00 €
Mokaïte
à partir de 4,00 €
Unakite
à partir de 2,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Labradorite

La labradorite, est un minéral du groupe des silicates, sous-groupe des tectosilicates de la famille des feldspaths plagioclases. Il s'agit d'une variété d'anorthite (et non d'une espèce reconnue par l'IMA) pour un ratio albite/anorthite de 30/70 à 50/50.La particularité de certaines pièces est de posséder un jeu de couleurs à l'éclat métallique. Le bleu et le vert sont les couleurs le plus souvent présentes, mais certaines pierres de qualité peuvent être somptueusement habitées par toutes les couleurs du spectre. Le phénomène est le résultat d'interférences dans des lamelles jumelées (effet Schiller d'adularescence, connu pour d'autres membres de la famille tels que l'oligoclase). Le terme de labradorescence, parfois employé, est incorrect. Décrit par Foster en 1780, le nom est inspiré du nom de la région de sa localité-type : le Labrador au Canada. Il existe pour ce minéral de nombreux synonymes : carnatite, hafnefjordite, mauilite, radauite, silicite, spectrolite. Se situe dans les roches métamorphiques et les roches magmatiques précambriennes. La labradorite est utilisée en cabochon pour la joaillerie, certaines pierres, de qualité gemme, peuvent être facettées. Exceptionnellement, quelques gisements nord-américains ont donné des pierres gemmes de couleur jaune pâle.

Labradorite
à partir de 4,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Lapis-lazuli

Le lapis-lazuli est une roche métamorphique, contenant des silicates du groupe des feldspathoïdes. Elle est surtout connue comme pierre ornementale, opaque, de couleur bleue, entre l’azur et l’outremer. Son utilisation est très ancienne, remontant à 7 000 ans. Le nom dérive du latin lapis, qui signifie pierre, et de lazuli qui signifie azur et qui vient lui-même du persan, lâdjaward, lui-même du sanskrit raja varta, qui veut dire portion de roi (raja : roi, varta : portion). À l'époque des dynasties archaïques sumériennes, on constate un fort usage du lapis-lazuli auquel on attribuait des vertus apotropaïques. Dès la fin de la période d'Obeïd (6500-3750 av J.C.), son utilisation est attestée sur le site de Tepe Gawra puis s'étendit progressivement et s'intensifia au début du IIIe millénaire avant notre ère. D'ailleurs, le nom de la roche "lapis-lazuli" est cité à plusieurs reprises dans l'Épopée de Gilgamesh, récit légendaire de Mésopotamie. Les sumériens associaient le bleu du lapis-lazuli à la voûte céleste faisant de "la pierre des pierres" un don du ciel et lui rendaient un véritable culte. 23kg de lapis brut ont ainsi été retrouvés dans le palais syrien d'Ebla, ainsi que des centaines d'objets (bijoux, amulettes, incrustations, sceaux-cylindres...) dans les tombes d'Ur de même qu'à Mari ou à Kish (Iran) puis dans l'ensemble du Proche-Orient. L'Égypte en a également fait un très grand usage. Les mines principales du lapis-lazuli utilisées dans l'ensemble du Proche-Orient se situent en Afghanistan septentrional, à Badakshan bien qu'il y eut toutefois d'autres gisements dont on ne sait s'ils étaient alors exploités (au Bélouchistan par exemple). Dans l’Antiquité, on confondait lapis-lazuli et saphir. Ainsi, Pline parle de saphir avec des taches dorées. On trouve des références similaires dans la Bible. Pendant l’époque romaine, le lapis avait la réputation d’être un aphrodisiaque. Au Moyen Âge, on lui attribuait d’autres vertus médicinales : bon pour la robustesse des membres, et prévenant l’esprit de la peur, du doute et de l’envie. On le buvait broyé, mélangé à du lait. Le principal gisement est situé en Afghanistan, au Badakhshan. Ceux du Chili, à Ovalle, fournissent une pierre plus pâle. On en trouve également en Russie, dans la région du lac Baïkal et en Sibérie. D’autres pays en fournissent en quantité moindre : Angola, Birmanie, Pakistan, États-Unis (Colorado et Californie), Canada.

 

Le lapis-lazuli est constitué principalement de lazurite (25 à 40 %), minéral composé de sodium, aluminium, silicium, oxygène et soufre. Il contient généralement aussi de la calcite (blanche), de la sodalite (bleue) et de la pyrite (jaune). On le trouve souvent dans le calcaire, où il se transforme par métamorphisme de contact. Les lapis de valeur ont une couleur bleue intense, parsemée d’éclats jaunes de pyrite. Si ces derniers sont trop nombreux, ou si la pierre contient des veines de calcite blanche, alors elle perd de sa valeur. C'est notamment le cas de celui qui vient de Russie. Le plus beau vient d'Orient (Afghanistan). Le lapis peut être parfaitement poli et il est largement utilisé en joaillerie. On s’en sert également pour fabriquer des mosaïques, des sculptures et divers ornements. Broyé en fine poudre, il a longtemps servi de pigment bleu pour la peinture, à fresque tout d'abord (temples troglodytes de Bâmiyân en Afghanistan, fresques des grottes de Kizil au Turkestan chinois et en Inde). Le lapis en poudre était aussi utilisé dans les miniatures persanes aux XIIIe et XIVe siècles. Le pigment outremer, extrait du lapis-lazuli, fut lui utilisé à partir du XIIe siècle, dans des miniatures (manuscrits de l'abbaye Saint-Germain d'Auxerre et de l'abbaye de Fécamp). Raffiné, il devient très colorant et peut se contenter de qualités inférieures. Il est alors largement utilisé en peinture, à tempera puis en peinture à l’huile. Il est importé de Venise, d'où une utilisation régulière par les peintres italiens, notamment ceux des XIVe et XVe siècles. Il aurait servi à peindre le ciel sur le plafond de la chapelle Sixtine, les fresques des chapelles St Martial et St Jean du Palais des Papes en Avignon ainsi que les ornements des palais nasrides de Grenade en Espagne musulmane. Il était alors très coûteux (plus cher que l'or à certaines époques). Les peintres l'utilisaient donc en couche finale, sur un fond bleu moins onéreux (indigo, azurite). Dès l'apparition de l'outremer artificiel en 1828, l'outremer véritable tomba en désuétude.

 

Pierre de connexion aux étoiles, relier son être avec le cosmos, pour aider à « poser le ciel sur le terre », à connecter. Pour les gens qui ne font pas le lien entre les énergies. Révèle quels sont nos réels problèmes.

Lapis lazuli
à partir de 6,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Larimar

Le Larimar est une variété de pectolite de couleur bleue qui se trouve en République dominicaine. Sa coloration varie du blanc au bleu foncé en passant par différentes teintes de bleu. Le 22 novembre 1916, le prêtre Miguel Domingo Fuertes de Loren, de la paroisse de Barahona, a demandé au ministère de la République dominicaine la permission d’explorer et d’exploiter une mine qu’il avait découverte et qui contenait une certaine roche bleue. Étant donné que personne ne connaissait ce dont il parlait, la demande a été refusée et la découverte de la pierre bleue a été retardée. Le gisement de larimar fut retrouvé en 1974 mais n'a été exploité qu’à partir de 1976. Deux habitants du village de Los Chupaderos, à environ 10 kilomètres de la ville de Barahona, avaient remarqué une couleur bleu clair sur le sable de la plage et au fond du fleuve Bahoruco, qui se jette dans la mer des Caraïbes. En remontant le courant à pied, ils ont découvert le filon situé en amont, au sommet d’une montagne recouverte d’une végétation luxuriante de type tropical. Le nom « larimar » a été donné par Miguel Méndez en associant le début du prénom de sa fille, LARIssa, et le mot signifiant « mer », MAR, en espagnol. La mine de Los Chupaderos comporte deux parties : d’une part l’exploitation mécanisée faite par l’État, d'autre part l'exploitation faite par des petits exploitants locaux qui travaillent avec des moyens archaïques. Le larimar est classé depuis 1979 comme pierre fine. On évalue sa qualité selon sa coloration : plus le bleu de la pierre est profond, plus elle est recherchée. Des colorations verdâtres sont également connues mais ne sont pas bien considérées, à moins que le vert ne soit intense. La cristallisation de cette pectolite s’est faite à l’intérieur de cheminées volcaniques où la matière incandescente a été poussée par le gaz. L’exploitation du larimar dépend donc de la localisation de ces cheminées. On le trouve également associé à d'autres couleurs et d'autres minéraux. Les colorations rouges dans le larimar indiquent des traces de fer. Cette variété est photosensible, c’est pourquoi le larimar perd sa coloration bleue au fil des années.

Larimar
à partir de 7,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Malachite

La malachite est une espèce minérale du groupe des carbonates minéraux et du sous-groupe des carbonates anhydres avec anions étrangers. La malachite a été citée par Pline en 77 ap. J.C. Le nom de ce minéral vient du latin malachites à travers le grec ancien de molochē, variante de malachē, « mauve », en allusion à sa couleur semblable à celle des feuilles de la Mauve. Les cristaux de malachite sont aciculaires ou prismatiques, et peuvent atteindre 9 cm. Mais la malachite se trouve le plus souvent sous forme massive, botryoïdale, mamelonnée, fibreuse, stalactitique, en agrégats, grenue, terreuse, en rosette, en croûte, radiée, concrétionnée, cunéiforme, compacte, en enduit, ainsi qu'en pseudomorphose. La malachite se forme dans la zone d'oxydation des sulfures de cuivre.

 

Pierre du cœur, c'est le miroir qui nous renvoie à nous-même et nous demande de tout accueillir avec le cœur. Elle nous redonne confiance en soi, nous apporte plus de lucidité et fortifie nos facultés d'expression. Elle accentue nos dons d'auto guérison, affine la sensibilité, nos qualités de réceptivité, d'adaptation.

Chrysocolle malachite
à partir de 4,00 €
Malachite
à partir de 8,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Obsidienne

L’obsidienne est une roche volcanique vitreuse et riche en silice. De couleur grise, vert foncé, rouge ou noire, elle est issue d'une lave acide (type rhyolite). La vitrification en masse est rendue possible par le fort degré de polymérisation de la lave. Ce phénomène n'a rien à voir avec les bordures figées de quelques millimètres à quelques centimètres observées sur des laves basiques (filons, pillows lavas) pour lesquelles la vitrification est due à un refroidissement rapide de la lave (contact avec un encaissant froid ou avec de l'eau).

 

Son nom viendrait de Obsius, un personnage de la Rome antique qui aurait signalé en premier la présence de cette roche, en Éthiopie.

 

L'obsidienne est opaque à translucide et présente une texture et un éclat vitreux. Sa cassure est très nettement conchoïdale, sa dureté sur l’échelle de Mohs étant de 5 à 5,5 2 (il se peut qu'elle raye le verre).

 

Le verre de l'obsidienne peut recristalliser ce qui donne des sphérolithes de cristobalite, ou parfois des obsidiennes « flocon de neige » avec des orbicules de recristallisation.

 

Roche peu commune, l'obsidienne se trouve :

 

sur les îles Lipari (aussi nommées Îles Éoliennes (Italie)), en Sardaigne (Monte Arci) ; sur l'île de Milos au Sud de la mer Egée, en Grèce ; sur l'île de Gyali au large de Nissiros en Grèce ; dans les îles Canaries, particulièrement sur l'île de Tenerife, face nord du Teide (« Los huevos del Teide » — « Les œufs du Teide » — sont composés d'énormes masses ovoïdes d'obsidienne presque pure) ; dans les environs du Landmannalaugar (Islande) ; au Pérou, aux États-Unis, au Japon et en Arménie ; au Mexique où on distingue une grande diversité de variétés, notamment selon les vertus curatives que certains leur accordent en fonction de leur apparence : l'arc-en-ciel également nommée en France « Œil céleste », l'acajou (Mahagony obsidian), la flocon de neige, la noire, la dorée, l'argentée, la Manta Huichol (nommée en France Mentogochol), la Spider Web (toile d'araignée) et la Mercleza (mélange de Spider et d'Arc-en-Ciel).

 

L'obsidienne est également très présente aux alentours des volcans de l'île de Pâques.

 

Les obsidiennes sont le plus souvent datées du Pliocène (2 à 4 millions d'années) ; aucune n'est antérieure au Cénozoïque : en effet, cette roche se dévitrifie avec le temps.

 

On peut trouver du bleu dans l'obsidienne naturelle mais à l'état de reflets plus ou moins visibles sur une pierre opaque à très légèrement translucide.

 

L'obsidienne a été utilisée pour la fabrication de tranchant pour les armes et les outils au cours de la Préhistoire, notamment en Amérique précolombienne. Les galets roulés servent à la fabrication de bijoux et la dureté de ce minéral et sa facilité relative de taille permettent d'en faire des lames.

 

Il existe aussi de nombreuses traces d'utilisation de l'obsidienne dans le sud de l'Europe au Néolithique, où une forme de commerce et de transport de la pierre était mise en place depuis les gisements des volcans de l'actuelle Italie. Des outils en obsidienne ont ainsi été retrouvés lors de fouilles archéologiques, notamment dans le sud de la France. Avec l’avènement du Néolithique en Méditerranée occidentale, il y a 8 000 ans, des réseaux d’échanges se mettent en place entre les différentes communautés agropastorales. Une étude récente portant sur l’obsidienne préhistorique permet de lever un voile sur la manière dont étaient organisés certains de ces échanges à longues distances, entre les îles et les rivages méditerranéens : ce commerce était en partie aux mains d’artisans spécialisés qui se déplaçaient par voie maritime et distribuaient le produit de leur artisanat aux communautés visitées. Les sites archéologiques attestent de la mise en forme des nucléus autour des gisements (principalement Lipari et Monte Arci en Sardaigne), puis du détachement de lames et de lamelles dans les villages « consommateurs ».

 

 

En lithothérapie :

 

Elle permet de descendre dans les racines de ses peurs les plus profondes, et d'accepter son côté négatif, par exemple quand on se juge et qu'on juge les autres. C'est la pierre de l'équilibre. L'obsidienne dissout nos blocages émotionnels et nous renforce, nous enracine, nous stabilise dans nos convictions morales. Très protectrice, elle agit comme un bouclier contre les énergies négatives et les influences néfastes. Elle crée autour de son porteur un rempart. Elle aiguise notre vision interne. Elle relie l'âme au mental

 

Obsidienne Noire

- Concrète, elle est un lien solide avec la terre. Protectrice, c'est un puissant bouclier contre les énergies négatives. Tranchante tel un rasoir, elle pourfend les ténèbres et donne l'accès à la connaissance, à la vérité. Elle chasse illusions, mythes et fantasmes, favorisant la concentration lors de recherches méditatives.

 

Obsidienne Acajou (mélange de marron à rouge et de noir)

- Pierre de lien entre la vie et sa source, elle apporte la force, le courage et la détermination. Lien majeur entre la terre et l'homme.

 

Obsidienne Verte - Spider

- Utile lors de méditation, elle vous apportera le calme mental. Elle vous fait sentir les liens qui vous unissent aux autres et à votre esprit.

 

Obsidienne Argenté

- Elle permet d'accéder à la pureté et à l'humilité lors de la recherche de la vérité. C’est la parfaite pierre du Ying et du Yang. Elle vous guidera vers l’équilibre des forces en vous.

 

Obsidienne Dorée

- Pierre de sagesse, de compréhension sur le plan spirituel. Elle guide vers l’illumination. Très puissante dans les médiations et en lithothérapie, elle est un parfait guide protecteur.

 

Obsidienne arc en ciel (Œil céleste)

- Très bonne pierre d'ancrage, elle est parfaitement adaptée pour les soins. Idéale pour tout travail ésotérique et thérapeutique, elle nous aide à sortir de toutes les situations difficiles. En méditation, elle permet de se connecter au Moi profond (ou supérieur). C’est une pierre d'introspection et de connexion au Divin, à utiliser avec beaucoup de respect. On peut la combiner avec n’importe quels cristaux ou minéraux. L’obsidienne arc en ciel est composée de couches successives de différentes colorations, lors de la réalisation d’une sphère un ou deux yeux apparaissent naturellement d’où son appellation obsidienne œil céleste. Faire apparaitre cet œil est plus dur pour les autres objets car il faut travailler la pierre dans le parfait angle pour le faire ressortir.

 

Obsidienne Manto Huichol (Mentogochol)

- On lui prête les mêmes propriétés que l’obsidienne arc en ciel, mais certains avancent que ce type d'obsidienne est plus puissant et vibre plus vite. Son nom lui vient de sa coloration vive rappelant les visions des Huichol lors de leurs rituels avec du Peyotl. Sa coloration ne forme pas des cercles concentriques, mais plutôt désordonnés comme étalés au pinceau. Toutes les obsidiennes dorées et argentées ont le même agencement de coloration que les Manto huichol, certaines forment en plus des cercles concentriques faisant ressortir un œil.

 

 


Lire la suite 0 commentaires

Œil de Tigre

L'œil-de-tigre est une variété de quartz, considérée comme pierre fine, utilisée dans les bijoux et objets d'art. Ce minéral aux tons tigrés jaune et marron est formé de crocidolite (elle-même variété de riébéckite famille de l'amiante), dont les fibres ont été partiellement substituées par de la silice, par un phénomène de pseudomorphose. Elle appartient à la variété des quartz microcristallins. Pierre opaque et dure, d'une dureté de 7 sur l'échelle de Mohs et d'une densité comprise entre 2,64 et 2,71, sa couleur chatoyante peut aller du bleu gris au jaune brun et au rouge brun. Les pierres de cette variété présentent une chatoyance remarquable, un effet optique que l'on nommait autrefois œil-de-chat. Cet effet associé à la teinte jaune-brun trahit l'origine du nom œil-de-tigre, rappelant l'animal en question. Les gisements les plus importants se trouvent en Afrique du Sud mais il en existe aussi dans l’ouest de l’Australie, en Birmanie, en Inde ou dans l’ouest des États-Unis en même temps qu'en Afrique centrale.

 

Apporte courage et espoir quand tout est sombre, et nous aide à supporter les moments difficiles. Utile pour retrouver sa combativité en douceur. Donne de l'énergie et du dynamisme. Aide à garder ses distances et protège des influences extérieures dans les situations de stress. Nous protège des lieux, des ambiances, des personnes négatives. Associe l'énergie terrestre à l'énergie solaire.

Oeil de tigre
à partir de 4,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Opale

Une opale est un minéral composé de silice hydratée. La teneur en eau est comprise habituellement entre 3 et 9 %, elle peut atteindre 20 % suivant les variétés.

 

Elle se compose de trois espèces minérales bien distinctes :

  • la cristobalite
  • la tridymite
  • la silice amorphe hydratée

Elle se décompose en 4 variétés :

  • Opal-CT (la lussatite des francophones) composée de cristobalite-tridymite (d’où les deux lettres « C » et « T »)
  • Opal-C est une forme qui est encore à l’étude. Il semble que la base soit une cristobalite, présentant d’importantes anomalies de structures cristallines. Les différences sont assez franches pour la distinguer de la cristobalite ; de même le terme cristobalite-microcristalline n’est pas encore prouvé.
  • Opal-AG C’est l’opale la plus connue, formée de microsphères de silice amorphe, associées à des molécules d’eau dans des proportions variables. La lettre « A » désigne le caractère amorphe, la lettre « G » suggère que nous sommes en présence d’un gel.
  • Opal-AN (la hyalite des francophones). Forme amorphe (lettre A) comme la précédente mais cette opale apparait dans les formations volcaniques, où les pegmatites déposent la silice à des températures élevées. La lettre « N » (normal) rappelle que la structure en réseau est plus proche de la silice mais il reste tout de même des molécules d’eau dans des proportions significatives.

 

L'origine du terme opale vient du mot sanskrit upala signifiant « pierre précieuse », qui est à l'origine du grec opallion et du latin opalus.

 

Selon Pline l'Ancien :

 

« Formées de ce qui fait le mérite des pierreries les plus précieuses, elles ont offert à la description des difficultés infinies; car en elles se trouvent le feu subtil de l'escarboucle, l'éclat purpurin de l'améthyste, le vert de mer de l'émeraude; et toutes ces teintes y brillent, merveilleusement fondues. Parmi les auteurs, les uns ont comparé l'effet général des opales à l'arménium, couleur employée par les peintres; les autres, à la flamme du soufre qui brûle, ou à celle d'un feu sur lequel on jette de l'huile. »

 

La formation de l'opale dépend d'une alternance périodes humides/sèches dans le cycle de la silice chimique. En effet, lors des périodes humides, les précipitations chargées en ions et éléments divers s'infiltrent dans le substrat et au contact des argiles, l'eau les imperméabilise et stagne, piégeant les ions et éléments. Il y a alors une hydrolyse, la silice précipite et il y a formation d'opale, riche en impuretés. En périodes sèches, l'évaporation va former les couches supérieures de calcédoine et de quartz.

 

Les feux colorés de l'opale-AG (iridescence) sont dus aux jeux de lumière provoqués par sa stratification qui provoquent des interférences et donnent cet éclat nacré (la couleur bleue des papillons morpho est due au même phénomène de diffraction par des structures microscopiques régulièrement espacées). Cette diffraction n'existe pas dans l'opale-AG commune appelée potch, dans laquelle les sphères, plus petites et de tailles différentes les unes des autres sont disposées au hasard. Les reflets blancs, bleus, gris et noirs (plus rares) sont assez fréquents mais les reflets rouges dus à des sphères plus grosses (350 nanomètres) sont très rares.

 

L'opalescence, concerne le phénomène optique observé sur le fond translucide de nombreuses opales.

 

L'opale présente diverses sous-variétés, dont certaines sont utilisées en joaillerie et classées comme pierre fines ; ces variétés se distinguent par leur origine, la couleur du fond ou sa nature. Sans jeux de couleurs elle est classée « commune », avec jeux de couleurs elle est classée « précieuse » ou « noble ». Le « dessin arlequin » désigne une répartition extrêmement rare des couleurs d'une opale, celle de l'habit aux carreaux bien définis, ce n'est pas une variété. Une opale « arlequin » peut être noire, blanche, boulder, etc.

 

Opale de feu, transparente, jaune orange ou rouge, avec ou sans jeux de couleurs.

 

Opale noire, aux feux vifs multicolores sur fond sombre gris à noir, l'opale noire provient presque exclusivement de Lightning Ridge ; les couleurs spectrales paraissent plus intenses sur le fond sombre. Les pierres de haute qualité sont extrêmement rares.

 

En lithothérapie :

 

Matérialisation de la lumière à chaque instant. Tout doit être fait en conscience. Symbole de l'amour tendre, elle aide à garder son sang-froid et à faire bon usage de la colère. Elle favorise la relation sentimentale des gémeaux et des verseaux. Elle donne du courage aux plus timides et protège les entreprises honnêtes. Elle nous oblige à vivre les dépassements de soi, à dépasser notre orgueil spirituel, notre mental qui fait bourrage, notre égo. Pierre puissante qui détient le principe de la loi cause à effet car l'énergie que vous dégagez, positive ou négative, retourne à vous d'une manière ou d'une autre. Elle nous pousse à penser et à agir avec sagesse et amour. Symbole de pureté, de protection, elle place la personne qui la porte entre les mains de dieu.

Opale de feu
à partir de 7,00 €
Opale pistache
à partir de 4,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Topaze

La topaze est une espèce minérale du groupe des silicates, sous-groupe des nésosubsilicates, pouvant contenir des traces de fer, chrome, magnésium et titane. Connue depuis l'Antiquité, la topaze a été décrite par le minéralogiste belge Anselmus Boëtius de Boodt (1550 - 1632) en 1609 ; le nom dérive du grec topazos, nom attribué dans l'Antiquité à certaines gemmes, du nom grec de l'île Zabargad en mer Rouge. Minéral typique des pegmatites et des veines quartzeuses de haute température. Sous l'effet d'une altération hydrothermale, la topaze se transforme facilement en muscovite, en séricite, en feldspath, en kaolinite... Les cristaux peuvent être de très grande taille, et atteindre plusieurs dizaines de kilogrammes dans certaines pegmatites brésiliennes. Elle peut être associée, dans les pegmatites, au béryl, mais aussi, dans certains filons, elle accompagne la fluorite et la cassitérite.

 

La topaze est un cristal utilisé en joaillerie, classée comme pierre fine. La topaze se présente en une large variété de couleurs à l'état naturel. Parmi les plus convoitées figure la Topaze impériale que l'on trouve essentiellement au Brésil (Ouro Preto) dans sa couleur caractéristique doré intense à rouge-orangé. Certaines topazes du Pakistan et de Russie s'en rapprochent. Certaines nuances plus foncées peuvent être obtenue par chauffage (les topazes jaune pâle deviennent rosées) ou irradiation (pour renforcer la couleur bleue). Les différentes couleurs sont dues à une très faible substitution de l'aluminium de la structure cristalline par du chrome, du fer, du cobalt, etc. Une longue exposition à la lumière solaire peut provoquer un changement de couleur, surtout pour les variétés brunes.

 

En lithothérapie, la topaze est utilisée pour créer le rayonnement de sa propre lumière. La topaze impériale, jaune, procure la détente, le sommeil réparateur et lutte contre l'insomnie. Elle redynamise le corps et ouvre l'appétit. Elle répare les chocs nerveux, stimule le cerveau. Elle fortifie les glandes, purifie le foie et renforce la colonne vertébrale. Ce cristal suscite la foi en l'univers qui permet d'être ou de simplement exister. Pourfend le doute et l'incertitude.

 

 

Topaze impériale brute
à partir de 10,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Tourmaline

 

La tourmaline désigne un groupe de minéraux de la famille des silicates, sous-groupe des cyclosilicates. La tourmaline cristallise dans le système cristallin trigonal à réseau rhomboédrique en baguettes ou aiguilles allongées à section triangulaire et faces courbes.

 

Son nom vient de Thuramali ou Thoramalli en cingalais.

 

Les tourmalines ont un éclat vitreux et des couleurs très variées. Leur trait est blanc. La teinte rose des tourmalines de nombreux gisements est le résultat d’une irradiation naturelle continue. Lors de leur croissance, ces tourmalines incorporent du Mn2+ alors qu’à l’origine elles sont par nature très pâles. Leur environnement granitique leur impose une exposition aux rayons gamma naturels dus à la désintégration du 40K radioactif, ce qui provoque la formation progressive des Mn3+, ions responsables des couleurs rose à rouge.

 

Les tourmalines forment des cristaux prismatiques à six pans, à faces alternativement larges et étroites, donnant une section plutôt triangulaire. Elles sont insolubles dans les acides.

 

Selon la classification de Dana, les tourmalines sont divisées en plusieurs groupes en fonction de leur composition : elles font toutes partie des cyclosilicates contenant des anneaux à six membres Si6O18 où le silicium peut être substitué par de l'aluminium et pouvant contenir des groupements hydroxyle OH (groupe noté 61).

 

La tourmaline est un minéral commun des roches magmatiques et métamorphiques, ainsi que des veines hydrothermales de haute température. Il s'agit d'un minéral caractéristique des pegmatites.

 

Tout comme pour les diamants, les tourmalines possèdent des propriétés pratiques. La tourmaline fut utilisée jadis pour nettoyer les pipes grâce à son effet piézoélectrique. De plus, elle possède des propriétés pyroélectriques : quand elle est chauffée, ses deux extrémités accumulent des charges électriques opposées, ce qui peut attirer la poussière via l'électricité statique. Pour cette raison, on retrouve également ce minéral dans les fers à lisser pour cheveux, dans le but d'éliminer l'électricité statique.

 

Il s'agit également d'une pierre fine utilisée en joaillerie pour les variétés colorées.

 

La tourmaline est aussi utilisée en exploration minière en tant que signe géologique précurseur de la formation de gisement d'or.

 

 

 

En lithothérapie :

 

Ouverture à l'Univers, aux autres, lutte contre la tendance à se mettre dans sa bulle. Particulièrement recommandé pour toutes les personnes nerveuses sur lesquelles elle a une action calmante très efficace. Procure un bon sommeil et développe l'intuition. Symbole de gaieté et d'harmonie, pierre de l'amour et de l'amitié, crée autour de son possesseur une aura de tendresse et de sympathie. Nous aide à mieux assimiler nos refoulements. Supprime nos chagrins, nos angoisses et nos blocages dans le domaine de nos émotions.

Tourmaline melon d'eau
à partir de 20,00 €
Tourmaline noire cristal
à partir de 8,00 €
Tourmaline rubellite
à partir de 8,00 €
Tourmaline verdelite
à partir de 16,00 €

Lire la suite 0 commentaires

Spodumène (Hiddénite, Kunzite)

Le spodumène est un minéral de la classe des silicates (sous-classe des inosilicates, famille des pyroxènes). De composition idéale LiAlSi2O6, il comporte généralement des traces de Fe, Mn, Mg, Ca, Na, K et H2O. Première description par le minéralogiste José Bonifácio de Andrada e Silva en 1800. Dénomination empruntée au grec spodumenos (« couleur de cendre »). Le spodumène s'altère facilement en eucryptite, muscovite et microcline. C'est un minéral relativement rare, même s'il donne parfois de très gros cristaux, un monocristal de 14,3 m a été trouvé à Black Hills dans le Dakota du Sud, États-Unis. C'est un minéral caractéristique des pegmatites riches en lithium. Minéraux associés : quartz, l'albite, la lépidolite, le béryl et la tourmaline.

 

Les variétés sont :

 

Hiddénite, variété verte nommée d'après le minéralogiste américain William Earl Hidden (1853-1918). Le topotype est Hiddenite, Comté d'Alexander, Caroline du nord, États-Unis. La ville de Hiddenite doit son nom au minéral. En dehors de cette localité type elle se rencontre au Brésil, en Chine et à Madagascar.

 

Kunzite : variété rose très recherchée pour sa forme gemme, nommée d'après le gemmologue américain George Frederick Kunz (1856-1932) qui l'a découverte en 1902. Le coloration rose provient de traces de manganèse. Toutes les kunzites ne sont pas de qualité gemme. Certaines pierres voient leur couleur rehaussée par une irradiation artificielle. À l’inverse les kunzites de couleur naturelle peuvent pâlir si elles sont exposées au soleil.

Kunzite
à partir de 5,00 €

Lire la suite 0 commentaires